Entreprendre et faire découvrir le monde brassicole avec Audrey-Anne Côté

La Microbrasserie Cap Gaspé est née du désir de partager une passion : la bière. Cette entreprise familiale est le résultat d’une passion partagée par un père et sa fille. Audrey-Anne, fervente de l’art culinaire, travaillait comme cuisinière depuis plusieurs années quand elle a découvert le brassage de la bière. « En partageant ce passe-temps, nous nous sommes découvert des intérêts qui se complétaient bien. Je créais des recettes et je lisais beaucoup pour apporter de nouvelles idées et savoir-faire, et mon père brassait », raconte Audrey-Anne.

Boisson qui se partage, c’est donc tout naturellement autour d’une bière que l’idée d’en faire un projet d’affaires a été semée. La microbrasserie a pris 5 ans et 3 plans d’affaires pour enfin voir le jour en juillet 2017. Le projet, qui avait d’abord débuté avec deux autres associés avec l’idée d’ouvrir un broue-pub, s’est transformé au fil du temps. « C’était impossible d’aller chercher du financement pour ouvrir un pub. Trouver un local a aussi été un casse-tête. Bref, en cours de route, nos associés ont reculé, mais mon père et moi avons continué », m’explique-t-elle.

Aller jusqu’au bout de ses rêves

Les délais pour la réalisation de son rêve ont permis à Audrey-Anne de suivre des cours en management à l’Université Laval. Pendant ce temps, elle planchait aussi sur ses plans d’affaires pour pouvoir réaliser son rêve. Aujourd’hui, directrice de production de sa microbrasserie, elle gère une équipe qui peut aller jusqu’à 16 personnes en haute saison. Elle vient également tout juste de terminer l’installation de nouveaux équipements pour doubler sa production, après seulement un an et demi d’opération.

Équipe Microbrasserie Cap Gaspé

« Il ne faut pas avoir peur d’aller au bout de ses rêves », me dit cette passionnée. Au fil du temps, ils auraient bien pu décider de jeter la serviette et de passer à autre chose, mais le duo père-fille aurait sans doute eu des regrets de ne pas avoir essayé tout ce qu’ils pouvaient. « En plus, ça faisait peur à ma mère! On devait se faire des réunions en cachette pour ne pas l’inquiéter », ajoute-t-elle en riant.

Passionnée, mais aussi terre-à-terre, elle s’est rendu compte qu’elle avait de belles qualités entrepreneuriales. « La vie en entreprise a toujours des hauts et des bas, et j’ai constaté que j’étais très stable émotionnellement. Je pense que c’est un atout, car chaque jour est différent. Je suis toujours en mode solution. »

Partager, mettre en valeur et impliquer les autres

La mission que se sont donnée Audrey-Anne et son père Claude est de faire découvrir le monde brassicole à la population. « La majorité des gens boivent de la bière, mais sans savoir comment c’est fait », explique Audrey-Anne.

À la Microbrasserie Cap Gaspé, les équipements de brassage sont mis en valeur à travers de grandes baies vitrées où les clients peuvent voir les brasseurs travailler. Sur la terrasse l’été, du houblon et de l’orge sont plantés pour exposer les ingrédients. Ils se font aussi un plaisir d’utiliser des ingrédients locaux comme les petits fruits pour développer de nouvelles recettes. Surtout, la fierté d’Audrey-Anne est l’implication de ses clients dans les décisions de production. « Nous avons toujours sur nos lignes de fûts une bière qu’on appelle démocratique. Les gens viennent y goûter sur place et peuvent voter pour leur préférée. Selon les votes, on décide si on en fera une bière de spécialité », explique la brasseuse qui ajoute que ça leur permet aussi d’élargir les styles de bière qu’ils offrent.

La tape sur l’épaule dont on a tous besoin, Audrey-Anne l’a quand quelqu’un lui dit qu’il ne buvait pas de bière avant de découvrir les siennes. Ça la rend vraiment fière que la population de Gaspé se soit approprié ses produits!

Femmessor : un soutien indéfectible

« Je n’ai que de bons mots pour Mélanie Marin », affirme Audrey-Anne en parlant de la directrice régionale du bureau de Femmessor en Gaspésie. « Elle nous soutient depuis les débuts de notre aventure, avec notre premier plan d’affaires. » Aujourd’hui, l’entreprise a d’autres partenaires qui les supportent, mais Audrey-Anne Côté considère que d’en avoir un qui les suit depuis aussi longtemps et avec autant d’intérêt fait toute une différence. « Femmessor fait un suivi plus rapproché que les autres. L’organisation n’est pas juste là quand ça va mal. C’est sûr que je me sens à l’aise pour continuer à utiliser leurs services », conclut-elle en affirmant qu’elle songe à utiliser le support d’une des Expertes Femmessor pour évaluer son coût de revient.

Cette histoire vous donne le goût de découvrir cette microbrasserie ? Pour l’instant, les produits sont distribués seulement dans l’est du Québec. Et si vous allez faire un tour jusqu’à Gaspé, c’est, au moment d’écrire ces lignes, une bière IPA sûre aux canneberges et baies d’aronia que vous pourrez découvrir sur les lignes de fûts des « bières démocratiques ». Santé!

À propos de notre collaboration

Cet article est présenté dans le cadre d’une collaboration entre Femmessor et Cindy Rivard, présidente de Oyez Communications. Afin de mettre en lumière des entrepreneures d’exception, nous avons confié la tâche à madame Rivard de rédiger cette série de billets de blogue sur des entreprises ayant bénéficié de financement1 par l’entremise de Femmessor et qui représentent pour nous, une réelle fierté!

Pour consulter la série d’articles réalisée dans le cadre de cette collaboration, nous vous invitons à visiter notre blogue chaque mercredi.

1 Fonds pour les femmes entrepreneures FQ

À propos de l'auteur

Cindy Rivard

Cindy Rivard

Entrepreneure et formatrice spécialisée en stratégie de communication

Cindy Rivard est la présidente de Oyez Communications, entreprise évoluant dans le domaine des communications et du marketing. Entrepreneure née, elle partage son savoir et ses opinions à travers des articles de blogue. Depuis 2009, c’est près de 335 articles qu’elle a écrits. Nous vous invitons à visiter son site Internet pour en découvrir davantage!

Derniers articles de cet auteur

Cindy Rivard

Réfléchir avec un spécialiste, c’est un réel cadeau

Être entrepreneure, c’est porter plusieurs chapeaux. Avouons-le, nous nous rendons vite compte que certains chapeaux nous font mieux que...

Plus de détails

Cindy Rivard

Partager nos enjeux en développement collaboratif: le défi du 5%

Êtes-vous prêtes à repousser vos limites? C’est une partie intégrante du développement collaboratif des Cellules Femmessor. En plus, c’est...

Plus de détails

Cindy Rivard

Les Cellules Femmessor: bien plus que du codéveloppement

Vous en entendez parler depuis quelques mois et vous êtes intriguée? Vous n’êtes pas certaine que ce soit pour vous? Vous vous demandez si cela...

Plus de détails


Retour aux articles du blogue