Entreprendre, un beau hasard dans la vie de Sarah Legris

C’est par hasard que Sarah Legris est devenue entrepreneure en faisant l’acquisition de la réputée boutique Frenco sur le Plateau Mont-Royal! En fait, elle y avait travaillé lors de ses études en multimédia et en communication. Frenco a été la toute première boutique d’aliments en vrac de Montréal qui prône le zéro déchet. Elle dessert sa fidèle clientèle depuis 1976.

Après quelques années sur le marché du travail, Sarah décide que le multimédia ne correspond plus à ce qu’elle veut. Elle se cherche donc un emploi temporaire pour se donner le temps de prendre un virage. Elle retourne à la boutique Frenco où le propriétaire la reprend avec plaisir et la nomme assistante-gérante. Très vite, il lui offre de racheter le commerce.

Elle est elle-même encore surprise d’être en affaires. « Le seul lien que j’avais avec cette idée d’acheter le fonds de commerce du Frenco, c’est ma profonde conviction que l’alimentation saine a un impact important sur la santé des gens. C’est un legs qui vient de ma mère, et j’avais le désir profond de transmettre cet idéal », explique Sarah. « Je me suis lancée les yeux fermés sans rien connaître de la gestion d’un commerce et je ne me suis pas entourée. »

Évidemment, le premier conseil qu’elle donne c’est de ne surtout pas faire ça! À l’époque, le propriétaire lui avait conseillé de repartir à neuf et même, de se départir du gérant pour qu’elle ait les coudées franches dans sa façon de mener son commerce. Une erreur qu’elle a vite regrettée, vu son inexpérience. Même si parfois les idées de l’ancienne équipe se heurtent à celles de la nouvelle, il demeure que l’ancienne équipe a une précieuse expérience à partager.

Boutique

Toujours avoir un pied dans le présent et un dans l’avenir

Aujourd’hui, après 13 ans à la barre de son commerce, elle est la chef d’orchestre de sa boutique qui emploie près de 25 personnes. Elle assure la gestion quotidienne, dirige les opérations et travaille au développement des affaires. Ce n’est pas les projets qui manquent pour cette mère de trois enfants! « Aujourd’hui, je sais qu’avant l’aboutissement d’une idée, il peut s’écouler deux à trois ans. Si je veux évoluer, je dois passer à l’action dès maintenant sur des projets que j’imagine réaliser dans quelques années », explique celle qui a passé au travers d’une perte de 50 % de son chiffre d’affaires lors de la réfection de la rue St-Laurent à Montréal, alors que ça ne faisait que quelques années qu'elle était en affaires.

Le défi colossal qu’a représenté cette période l’a obligé à réfléchir à ce qu’elle voulait vraiment accomplir à travers son entreprise. Elle s’est interrogée sur la raison pour laquelle les gens venaient chez elle, malgré les travaux et les contraintes. Ce qui fait la différence de la boutique Frenco, ce sont les produits en vrac, la variété et la qualité de ceux-ci ainsi que l’expérience client. La clientèle ne venait pas pour faire une épicerie qu’elle pouvait faire plus facilement ailleurs. C’était les produits en vrac, végans et locaux qui l’attirait. Sarah est donc revenue aux sources et a misé sur la différenciation plutôt que sur la commodité.


Un café et des mets prêts-à-manger

Femmessor est entrée dans la vie entrepreneuriale de Sarah il y a deux ans, lorsqu’elle a mis sur pied un espace café et un comptoir de mets prêts-à-manger dans sa boutique. « J’avais sous-estimé les coûts pour la standardisation des recettes et j’avais besoin de plus d’un partenaire pour m’appuyer dans ma croissance », explique-t-elle. C’est la Banque de développement du Canada (BDC) qui m’a dirigée vers Femmessor et j’en suis bien contente! Eve Dalphond [directrice régionale pour les régions de Montréal et de Laval] m’a apporté une aide précieuse pour monter mon plan d’affaires », soutient-elle.

La femme d’affaires considère que l’accompagnement pour les entrepreneures s’est considérablement développé dans les dernières années. Elle aurait souhaité pouvoir bénéficier de cette aide lors de ces premières années en affaires. Elle croit sincèrement que ça lui aurait évité de faire bien des erreurs!

S’accomplir tout en aidant les autres à s’accomplir aussi

Sarah Legris est aujourd’hui fière quand elle regarde le chemin parcouru. Elle est fière d’être revenue aux sources du Frenco. En 1976, l’objectif de l’entreprise était de mettre en valeur les produits locaux et d'aider à faire découvrir de nouvelles entreprises dans le domaine alimentaire. Frenco a été la première boutique à offrir la gamme de Pesto Le Grand. Aujourd’hui, cette entreprise distribue ses produits partout au Québec, en Ontario et dans une grande partie des États-Unis.

« C’est la mère du fondateur des produits Le Grand qui m’a dit cela au hasard d’une rencontre », raconte Sarah. « C’est beau de voir que ma boutique contribue à faire connaître les produits et grandir les entreprises d’ici. C’est aussi ce que je prône avec mon équipe. Frenco a besoin d’eux et eux ont besoin de Frenco. J’établis donc des relations de travail où c’est gagnant-gagnant pour tout le monde. »

 

Frenco nourrit non seulement sa clientèle en produits sains pour l’humain et l’environnement, mais la boutique contribue aussi à nourrir le développement de l’intérêt pour la culture chez les enfants. Donatrice annuelle pour le théâtre Vox Populi, Sarah croit fermement à l’adage « Acheter, c’est voter ». Frenco est également un partenaire essentiel de Recettes en pot, une organisation spécialisée dans la philanthropie collective. Frenco sert de laboratoire de saveurs pour le développement de recettes simples, saines, savoureuses et prêtes à cuisiner en cinq minutes.

Y a-t-il d’autres boutiques Frenco en vue pour l’avenir ? C’est dans le domaine du possible.

 

À propos de notre collaboration

Cet article est présenté dans le cadre d’une collaboration entre Femmessor et Cindy Rivard, présidente de Oyez Communications. Afin de mettre en lumière des entrepreneures d’exception, nous avons confié la tâche à madame Rivard de rédiger cette série de billets de blogue sur des entreprises ayant bénéficié de financement1 par l’entremise de Femmessor et qui représentent pour nous, une réelle fierté!

Pour consulter la série d’articles réalisée dans le cadre de cette collaboration, nous vous invitons à visiter notre blogue chaque mercredi.

1 Fonds pour les femmes entrepreneures FQ

À propos de l'auteur

Cindy Rivard

Cindy Rivard

Entrepreneure et formatrice spécialisée en stratégie de communication

Cindy Rivard est la présidente de Oyez Communications, entreprise évoluant dans le domaine des communications et du marketing. Entrepreneure née, elle partage son savoir et ses opinions à travers des articles de blogue. Depuis 2009, c’est près de 335 articles qu’elle a écrits. Nous vous invitons à visiter son site Internet pour en découvrir davantage!

Derniers articles de cet auteur

Cindy Rivard

Entreprendre pour créer son emploi avec Emily Paquette

2014 marque l’année où Emily Paquette a fait un virage à 180 degrés. Elle troque son poste de vice-présidente d’une organisation syndicale...

Plus de détails

Cindy Rivard

Entreprendre pour avoir le contrôle sur les défis qu’on veut relever

Quel dynamisme! Au ton de sa voix, je n’ai aucun doute que Jessie Deroy s’est lancée en affaire parce qu’elle avait le goût que ça bouge....

Plus de détails

Cindy Rivard

Entreprendre pour se réaliser et aller plus loin

Sentir que nous plafonnons dans notre carrière et avoir le goût de nous dépasser sont des raisons pour lesquelles l’entrepreneuriat peut nous...

Plus de détails


Retour aux articles du blogue