Entreprendre pour créer son emploi avec Emily Paquette

2014 marque l’année où Emily Paquette a fait un virage à 180 degrés. Elle troque son poste de vice-présidente d’une organisation syndicale à Montréal, pour celui de copropriétaire et gestionnaire d’un restaurant Mikes à Baie-Comeau. Une décision qui surprend autour d’elle, mais l’appel de l’amour est plus fort. Elle souhaite s’installer de façon permanente avec son conjoint. Elle prend donc les rênes de sa nouvelle vie avec enthousiasme!

Pourquoi la restauration ? Emily aime cuisiner, mais elle n’a jamais travaillé dans un restaurant. « Quand je me suis installée à Baie-Comeau, me trouver un emploi n’était pas facile. Mon conjoint et moi cherchions un immeuble à revenus quand nous avons remarqué que le restaurant était à vendre. C’était une belle occasion pour moi de créer mon emploi et un beau défi à relever! », raconte celle qui avait déjà beaucoup d’expérience dans la gestion de personnel.

Passer du rêve à la réalité en affaires

Principale gestionnaire de l’entreprise, Emily est tout de même passé du rêve à la réalité au cours des premiers mois. À la barre d’une équipe d’une cinquantaine d’employés, elle avait des standards de qualité à mettre en place auprès d’une équipe qui était laissée à elle-même depuis quelque temps. La franchise avait été abandonnée par l’ancienne administration et était gérée par le siège social à Montréal en attendant de trouver un nouveau propriétaire.

« Je pensais que ça prendrait 3 mois pour atteindre mes objectifs de qualité, mais cela a pris 2 ans », explique celle qui a également appris beaucoup pendant cette période. « Je me suis adaptée à mon équipe et j’ai accepté le fait que ça pouvait ne pas aller aussi vite que je le voulais. » La motivation était tout de même là parce qu’elle pouvait constater que la clientèle était au rendez-vous. L’amabilité des employés attirait les gens.

Employés heureux = clients heureux

« Nous avons fait de la cuisine et du service, une priorité, et cela s’est fait ressentir dans nos résultats », ajoute celle qui peut compter sur une solide équipe de travail. Des horaires flexibles et le souci du bien-être de ses employés contribuent à leur satisfaction selon elle. Elle est très heureuse de pouvoir compter sur une équipe aussi stable dans un domaine où les enjeux de la main-d’œuvre sont nombreux.

« Je viens tout de même de passer au travers une période intense de recrutement avec le retour à l’école des plus jeunes employés », explique Emily. C’est une réalité bien présente en région, puisque les jeunes quittent pour aller étudier en ville. Emily a donc mis la main à la pâte et s’est occupée en partie de la cuisine pour ne pas surcharger ses employés.

« Pour moi, si mes employés sont heureux, mes clients le seront aussi », dit-elle avec raison. Son engagement auprès de son équipe est directement lié à son enthousiasme au travail. Elle m’a confié que ce qu’elle aimait le plus de l’entrepreneuriat, c’est qu’elle avait l’occasion de transmettre des connaissances et mettre les talents des autres de l’avant. « C’est très gratifiant de pouvoir les amener plus loin et de les voir évoluer. »

Son conseil : savoir lire des états financiers!

Elle-même a évolué après 5 ans en affaires. Selon elle, développer ses compétences en gestion administrative et financière est non négociable! « Apprendre à lire des états financiers pour comprendre ce qui se passe dans son entreprise est essentiel », affirme-t-elle avec conviction. Elle ajoute que de mauvaises expériences au début de son aventure entrepreneuriale lui ont permis de comprendre que cette compétence peut contribuer à éviter de mauvaises surprises.

D’ailleurs, elle souligne l’accompagnement de Femmessor de ce côté. « L’équipe est toujours disponible quand j’ai des questions. Elles ont, en plus, une bonne expérience en commerce de détail, elles sont en maîtrise de ce qu’elles font », explique Emily. Elle ajoute qu’elle est vraiment contente de pouvoir compter sur Femmessor quand elle a besoin de conseils financiers et d’être guidée dans sa prise de décision.

Comment la franchisée voit-elle l’avenir ? Elle a plein de projets qu’elle a hâte de pouvoir mettre en place et d’expérimenter. « En tant que franchisés, nous avons tout de même une belle latitude pour développer notre marché et nous adapter aux réalités de notre région », me répond-elle quand je la questionne à ce sujet. Elle peut s’impliquer ou faire des promotions spécifiques à sa région ou encore développer des produits parallèles.

« J’ai encore des choses à apprendre, mais je sens moins de pression que dans les premières années et ça fait du bien », conclut Emily qui ne regrette pas son virage ni sa persévérance!

 

À propos de notre collaboration

Cet article est présenté dans le cadre d’une collaboration entre Femmessor et Cindy Rivard, présidente de Oyez Communications. Afin de mettre en lumière des entrepreneures d’exception, nous avons confié la tâche à madame Rivard de rédiger cette série de billets de blogue sur des entreprises ayant bénéficié de financement1 par l’entremise de Femmessor et qui représentent pour nous, une réelle fierté!

Pour consulter la série d’articles réalisée dans le cadre de cette collaboration, nous vous invitons à visiter notre blogue chaque mercredi. 

1 Fonds pour les femmes entrepreneures FQ

À propos de l'auteur

Cindy Rivard

Cindy Rivard

Entrepreneure et formatrice spécialisée en stratégie de communication

Cindy Rivard est la présidente de Oyez Communications, entreprise évoluant dans le domaine des communications et du marketing. Entrepreneure née, elle partage son savoir et ses opinions à travers des articles de blogue. Depuis 2009, c’est près de 335 articles qu’elle a écrits. Nous vous invitons à visiter son site Internet pour en découvrir davantage!

Derniers articles de cet auteur

Cindy Rivard

Entreprendre et apprendre à tous les jours avec Marie-Claude F. Breault

Passer des services financiers à la plomberie, c’est le virage qu’a entrepris Marie-Claude F. Breault, directrice générale et copropriétaire...

Plus de détails

Cindy Rivard

Entreprendre pour se dépasser selon Véronique Guillemette

À quelques semaines du lancement de sa nouvelle marque de commerce, j’ai eu le plaisir de discuter avec une entrepreneure fébrile et fière du...

Plus de détails

Cindy Rivard

Entreprendre pour avoir le contrôle sur les défis qu’on veut relever

Quel dynamisme! Au ton de sa voix, je n’ai aucun doute que Jessie Deroy s’est lancée en affaire parce qu’elle avait le goût que ça bouge....

Plus de détails


Retour aux articles du blogue