Mélissa Harvey, Présidente et fondatrice de Zorah Biocosmétiques et ambassadrice de la campagne « 100 entrepreneures qui changent le monde »

La Force de l’impact

Cet automne, Femmessor fait rayonner les entrepreneures qui ont une influence positive sur notre société, et dont l’entreprise remplit au moins un des dix-sept objectifs de développement durable fixés par l’ONU. Pour donner le coup d’envoi à la campagne 100 entrepreneures qui changent le monde, nous lançons une série de rencontres en formules blogue et balado avec les quatre ambassadrices qui propulsent cette initiative.

 

Qu’est-ce qui a poussé une jeune entrepreneure originaire du Lac-Saint-Jean à fonder un petit empire de cosmétiques biologiques plus verts que verts ? Un stage au Maroc, la découverte d’un produit exceptionnel (l’huile d’argan) et la conviction d’avoir trouvé sa voie en permettant à des communautés de femmes de gagner décemment leur vie. Mélissa Harvey, qui a fait du commerce équitable son fer de lance, nous raconte son parcours.

Depuis la fondation de son entreprise montréalaise, en 2006, Mélissa s’est fixé un objectif très clair : « Je veux mettre la science au service de l’humain en offrant une gamme de produits de beauté biologiques à la fois sains et efficaces. » Son arme secrète : l’huile d’argan, riche en polyphénols et en vitamine E, qui est originaire du Maroc. Là-bas, ce produit précieux, qu’on appelle l’or liquide, est extrait de la noix de l’arganier. Cet arbre séculaire, qui croît dans une immense forêt contribuant à lutter contre la désertification de la région, fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Destination Maroc

Après avoir entrepris une formation en commerce équitable à HEC, Mélissa, qui a 24 ans à l’époque, se fait offrir un stage de quelques mois au Maroc pour travailler auprès de coopératives. C’est là qu’elle découvre la communauté de femmes berbères productrices d’huile d’argan qui allait changer sa vie. « Lorsqu’elles m’ont surnommée Zorah — qui signifie éclatante en berbère — parce que, Mélissa, ça ne leur disait rien, elles m’ont aussi fourni le nom de mon entreprise ! »

Elle constate qu’en se regroupant en coopératives, ces femmes, pour la plupart veuves, divorcées, monoparentales, non scolarisées et sans emploi, ont trouvé non seulement un travail respectable, mais aussi le moyen de gagner leur autonomie. « C’est extraordinaire ! À l’époque, l’huile d’argan n’était pas vraiment connue au Québec, mais je leur ai expliqué que j’aimais leur mission, que j’étais une bonne vendeuse et que j’allais leur acheter toute leur production. Je ne savais pas vraiment dans quoi je m’embarquais, mais je savais que je voulais les encourager et les aider à envoyer leurs enfants à l’école afin qu’ils puissent s’instruire. »

Zorah Biocosmétiques

Le commerce équitable, levier de changement

Quinze ans plus tard, l’entreprise cofondée avec son conjoint, Richard Morin, a prospéré au point de devenir une véritable référence dans le domaine des cosmétiques naturels. Mélissa Harvey travaille toujours avec ce même groupe de femmes, mais, croissance oblige, elle collabore aussi avec plusieurs autres coopératives. « Nous sommes passés de 70 femmes berbères à 2 500 ! Chaque année, nous allons à leur rencontre avec des clients et des consommateurs pour leur faire comprendre ce que ça représente vraiment, le commerce équitable. » 

Chez Zorah Biocosmétiques, ça se traduit par la plantation annuelle d’arganiers et, surtout, par le versement de salaires équitables permettant à ces femmes de subvenir à leurs besoins et de réaliser leurs rêves. C’est ainsi que l’entreprise répond à plusieurs objectifs de développement durable de l’ONU, notamment en faisant la promotion de l’égalité entre les sexes et en offrant un travail décent qui favorise la croissance économique.

La trajectoire du succès

Mélissa ne se contente pas de savourer son succès. Son ambition est de changer l’industrie des cosmétiques et de la rendre plus verte en prêchant par l’exemple. La pandémie n’a pas freiné ses ambitions. « Nous avons décidé que la COVID n’existait pas pour nous et qu’elle ne nous empêcherait pas d’aller de l’avant avec tous nos projets. Notre but, c’est de devenir une entreprise zéro déchet et de développer des projets ultra novateurs. Alors, on fonce ! » Quelques exemples : Zorah Biocosmétiques vient de lancer une nouvelle gamme de soins, négocie en ce moment un ambitieux plan de distribution pancanadienne et poursuit des projets de développement du côté des États-Unis et de l’Europe. Rien de moins !

Zorah Biocosmétiques - Équipe

Retour aux sources

En offrant des produits de qualité à sa clientèle, en redonnant aux communautés de femmes par le biais de son entreprise, Mélissa Harvey rend hommage à celles qui ont marqué sa vie. « Ma mère et mes grand-mères ont toujours été là pour moi. Ma grand-mère Léa, par exemple, a payé mes études et m’a poussée à les terminer. Ce sont aussi de beaux modèles de femmes écoresponsables. Depuis mon enfance, je les vois recycler des objets, les transformer et en faire des œuvres d’art pour aider leur communauté, leurs enfants et leurs petits-enfants. C’est magnifique ! » Dans le cas de Mélissa Harvey, on peut le constater, le fruit n’est pas tombé loin de l’arbre.


Pour info : zorahbiocosmétiques.com

 

Des ambassadrices inspirantes

Pour maximiser la force de l’impact de sa campagne, Femmessor s’entoure de quatre ambassadrices exceptionnelles, dont les entreprises répondent à plusieurs objectifs de développement durable de l’ONU : Marie-Josée Richer, cofondatrice de Prana (consommation et production responsable) ; Cadleen Désir, fondatrice de Déclic (éducation de qualité) ; Dorothy Rhau, fondatrice d’Audace au féminin (réduction des inégalités) ; et, enfin, Mélissa Harvey, fondatrice de Zorah Biocosmétiques (travail décent et croissance économique).

Pour en savoir plus sur ces femmes aussi motivantes qu’inspirantes, nous vous invitons à les découvrir sur notre blogue – ou en écoutant nos balados animés par Sévrine Labelle, PDG de Femmessor. C’est un rendez-vous !

 

 

 

 

Initiée par Femmessor et présentée par la RBC, en collaboration avec Coup de pouce, TVA Publications, QUB radio, Lavery, Janie Duquette & l’Académie du pouvoir féminin, Lazuli marketing conseille ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec ainsi que le gouvernement du Canada

À propos de l'auteur

Geneviève Dionne

Geneviève Dionne

Conseillère en communication marketing

Geneviève Dionne est Conseillère en communication marketing chez Femmessor. Titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires, spécialisation marketing, elle cumule près de 15 années d’expérience dans le domaine des communications. Ses diverses expériences lui ont permis de développer une expertise en gestion des communications internes et externes, en services-conseils, en stratégies de développement des affaires et en gestion de projets. 

Passionnée par l’entrepreneuriat et les communications, elle est reconnue, entre autres, pour ses capacités d’analyse, sa vision stratégique, son dynamisme et sa créativité.

Au sein de l’équipe de Femmessor, elle participe à l’élaboration et à la mise en œuvre du plan de communication et des stratégies en marketing de l’organisation, assure la gestion de plusieurs projets ainsi que la production d’outils et de documents liés aux communications et au marketing. Basée en Mauricie, elle collabore étroitement avec les équipes régionales dans le déploiement de leurs actions de communication et de rayonnement.

Derniers articles de cet auteur

Geneviève Dionne

Nahid Aboumansour, Fondatrice de l’OBNL Petites-Mains et coup de cœur de la campagne « 100 entrepreneures qui changent le monde »

Fondée en 1995, Petites-Mains est une entreprise d’insertion sociale offrant des formations professionnelles à des personnes en difficulté –...

Plus de détails

Geneviève Dionne

Sandrine Milante, PDG d’ÉcoloPharm et coup de cœur de la campagne « 100 entrepreneures qui changent le monde »

On n’associe pas spontanément l’écologie au domaine de la pharmacie. Pourtant, c’est précisément ce qu’a fait Sandrine Milante en...

Plus de détails

Geneviève Dionne

Dorothy Rhau, Présidente fondatrice d’Audace au féminin et ambassadrice de la campagne « 100 entrepreneures qui changent le monde »

On ne rencontre pas tous les jours une entrepreneure sociale à la tête d’un OBNL qui s’est d’abord et avant tout fait connaître par son...

Plus de détails


Retour aux articles du blogue