L’actionnariat : une démarche prometteuse  pour l’accroissement de l’entrepreneuriat féminin - Sondage de Femmessor

Montréal, le 30 octobre 2019 – L’actionnariat permettrait d’augmenter de 60 % l’intention d’entreprendre des femmes québécoises à l’emploi ou occupant un poste de cadre. C'est ce que révèle l’étude réalisée pour Femmessor, L’actionnariat, une porte d’entrée pour les femmes en entrepreneuriat, dévoilée ce matin en marge du mois de l’entrepreneuriat.

Parmi les Québécoises sondées, 51 % auraient de l’intérêt un jour à devenir actionnaire si leur employeur le leur proposait alors que 31 % ont l'intention d’entreprendre au cours de leur vie. 

« L’intérêt des femmes pour l’actionnariat est très élevé et représente un réel levier pour augmenter le nombre d’entreprises à propriété féminine au Québec», souligne Sévrine Labelle, présidente-directrice générale de Femmessor. « Ce potentiel entrepreneurial féminin mérite toute notre attention d’autant qu’il peut agir comme un moyen de rétention et de mobilisation des meilleurs talents d’une entreprise. ».

Quelque 81 % des propriétaires d’entreprise sondés sont ouverts à s’associer avec une femme œuvrant au sein de leur entreprise. Aussi, l’étude indique que 33 % des entrepreneurs actifs, femmes et hommes confondus, sont actuellement à la recherche de partenaires, actionnaires ou associés pour stabiliser ou faire croître leur entreprise. De plus, 55 % partageraient volontiers l’actionnariat de leur entreprise avec des employé(e)s.

« Ces données sont révélatrices et clairement favorables à l’accessibilité des femmes à la propriété d’entreprise. D’un côté, nous avons une femme sur deux, cadres ou employées, qui sont intéressées par l’actionnariat. Et de l’autre, un propriétaire sur trois qui est activement à la recherche d’un(e) actionnaire avec une grande ouverture à s’associer avec des femmes oeuvrant au sein de leur entreprise. Les femmes ont donc tout avantage à faire connaître leur intérêt envers l’actionnariat. », conclut madame Labelle.

 

QUELQUES DONNÉES SUPPLÉMENTAIRES

  • La perception du risque associé à l’entrepreneuriat est le principal frein identifié par les hommes (27%) et les femmes (26 %);

  • Les doutes sur leurs compétences (18 %) et sur leurs capacités (16 %) retiennent les femmes à se lancer en affaires;

  • Les femmes sont trois fois moins (27 %) actives que les hommes (73 %) lorsqu’il est question de recherche d’opportunités d’investissements;

  • Les compétences recherchées chez une potentielle actionnaire ou associée sont les compétences en comptabilités et finances (45 %), le développement des affaires (41 %) et la rigueur (35 %).

Ces données proviennent d'un sondage web développé par Femmessor en collaboration avec Rouge Canari et mené par Léger auprès de 2 592 entrepreneurs-propriétaires, travailleurs à temps plein, cadres et travailleurs autonomes du Québec, dans les secteurs publics et privés. Il visait à connaître leurs pratiques actuelles et leurs intentions à l’égard de l’entrepreneuriat et plus spécifiquement de l’actionnariat.

 

À PROPOS DE FEMMESSOR 

Organisation dédiée au développement de l’entrepreneuriat féminin, Femmessor a pour mission de contribuer directement à la création, à la croissance et à l’acquisition d’entreprises dirigées et détenues en tout ou en partie par des femmes dans les 17 régions du Québec. Son offre de financement, conjuguée à une expérience d’accompagnement adapté aux besoins des entrepreneures, permet à ces dernières de bâtir des entreprises durables et prospères. Femmessor est soutenue financièrement par le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI). Grâce à des partenariats avec le Fonds pour les femmes entrepreneures FQ et Desjardins Capital, elle facilite l’accès à près de 25 millions de dollars pour soutenir, par le biais de prêts conventionnels et en capital-actions, des entreprises comptant au moins une femme dans un poste stratégique et détenant au moins 25 % des actions.

 

— 30 —

 

Source : Femmessor

Contact média : 
Mathilde St-Vincent
CASACOM
mstvincent@casacom.ca
514 286-2145, poste 234 | 514 242-6852

COMMUNIQUÉ DE PRESSE EN PDF

RAPPORT DE L'ÉTUDE