Regard sur l’entrepreneuriat féminin en période de COVID-19: Les femmes durement impactées, mais prêtes à rebondir pour la relance - Sondage de Femmessor

Montréal, 23 avril 2020. Les femmes entrepreneures sont grandement impactées par la crise de la COVID-19. Deux entreprises à propriété féminine sur trois fonctionnent à moins de 50 % actuellement. C’est ce que révèle les premières données du vaste sondage réalisé par Femmessor en collaboration avec la Chaire BMO en diversité et gouvernance de l’Université de Montréal et le Portail des connaissances pour les femmes en entrepreneuriat. 

« Au total, ce sont plus de 1 025 entrepreneures provenant des 17 régions du Québec qui se sont exprimées sur leurs défis et leurs enjeux. Elles sont issues d’entreprises de toutes tailles et de tous les secteurs d’activité. De plus, elles sont 775 à avoir pris la peine de rédiger des commentaires. C’est donc dire que malgré les difficultés rencontrées, les femmes sont présentes et souhaitent prendre part à la relance économique. » mentionne Sévrine Labelle. 

Les entrepreneures en recherche active de financement

42 % des entrepreneures sondées sont en recherche active de financement pour assurer leur survie ou pour adapter leur offre de services, ou de produits, à la situation actuelle et ce, peu importe la taille ou le secteur d’activité de l’entreprise. 

Toutefois, seulement 20 % de ces dernières ont affirmé avoir l’intention de se prévaloir des mesures mises en place par le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada. Parmi les raisons évoquées, nous notons qu’une grande proportion dit ne pas se qualifier aux programmes. Pour le reste, certaines ne savent pas encore si elles pourront profiter de ces mesures et si, même, elles répondent à leur besoin; d’autres regardent plutôt vers d’autres sources de financement. 

De l’aide pour faire pivoter leur entreprise

Outre le financement, les entrepreneures ont aussi nommé des moyens de les aider à faire pivoter leur entreprise. Le développement du marketing et du commerce électronique arrive au premier plan. L’élargissement du réseau de contacts et le développement des affaires est aussi prioritaire. Cela démontre que, pour nos entreprises à propriété féminine, le volet humain est aussi important que le virage numérique.

Leurs attentes face à la relance économique 

Et finalement, on relève 3 grandes attentes par rapport à la reprise économique. 

  1. Que l’achat local soit privilégié et continue d’être au cœur des priorités.
  2. Qu’on accompagne les entrepreneures pour qu’elles puissent acquérir les compétences nécessaires à la croissance de leur entreprise (numérique et gestion financière) — d’ailleurs, le PACME est le programme gouvernemental le plus utilisé par les femmes entrepreneures.
  3. Et finalement, que le modèle économique global évolue, notamment en ce qui a trait à l’importance de préserver l’environnement et de favoriser les mesures de conciliation travail-famille — dont le télétravail.

« Ce portrait démontre la grande fragilité actuelle des entreprises à propriété féminine et, en même temps, on constate une résilience des entrepreneures qui travaillent ardemment pour survivre et pour faire pivoter leur entreprise afin d’être prêtes lors de la relance économique. C’est exactement dans cette perspective que Femmessor soutient les entrepreneures du Québec. » mentionne Sévrine Labelle. 

Les résultats complets du sondage seront dévoilés le 30 avril prochain et seront rendus disponibles sur le site Internet de Femmessor au femmessor.com/sondage.

 

À propos de Femmessor Québec

Femmessor est une organisation dédiée au développement de l’entrepreneuriat féminin qui a pour mission de contribuer directement à la création, à la croissance et à l’acquisition d’entreprises dirigées et détenues en tout ou en partie par des femmes dans les 17 régions du Québec.

Son offre de financement, conjuguée à une expérience d’accompagnement adaptée aux besoins des entrepreneures, permet à ces dernières de bâtir des entreprises durables et prospères.

Femmessor est soutenue financièrement par le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI). Grâce à des partenariats avec le Fonds pour les femmes entrepreneures FQ et Desjardins Capital, elle facilite l’accès à près de 25 millions de dollars pour soutenir, par le biais de prêts conventionnels et en capital-actions, des entreprises comptant au moins une femme dans un poste stratégique et détenant au moins 25 % des actions.

—30—

 

Renseignements :
Véronique Dargis
1 844 523-7767, poste 213
v.dargis@femmessorqc.com

Pour plus d’information au sujet de Femmessor Québec
femmessor.com

 

 COMMUNIQUÉ EN PDF

 

Résultats Sondage

TÉLÉCHARGER L'INFOGRAPHIE