Diversité entrepreneuriale : des impacts majeurs pour le Québec et sa métropole

Montréal, 14 avril 2021. Femmessor et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain sont fiers de dévoiler leur étude intitulée Diversité entrepreneuriale : des impacts majeurs pour le Québec et sa métropole. Cette étude s’inscrit dans la volonté de la Chambre et de Femmessor de valoriser l’apport économique, social et environnemental de l’entrepreneuriat féminin et celui issu de la diversité au Québec et dans sa métropole. 

« Lors de notre Forum sur la diversité entrepreneuriale du 26 mars dernier, nous avons identifié les leviers et les obstacles au démarrage d’entreprises chez les femmes et les personnes appartenant à des groupes minoritaires. Nous avons également pu constater que l’accès au financement, aux capitaux et aux réseaux demeure particulièrement difficile pour ces populations malgré une reconnaissance élargie des retombées positives qui découlent d’un tissu entrepreneurial plus inclusif. La présente étude s’inscrit dans la foulée du Forum et représente des pistes d’action supplémentaires pour accompagner le milieu des affaires, les gouvernements et les investisseurs dans la création de bases solides pour faciliter le passage à l’action pour beaucoup d’entrepreneures et d’entrepreneurs. Nous sommes heureux d’avoir pu bénéficier de la solide expertise de Femmessor en matière de financement, d’accompagnement et de soutien de l’entrepreneuriat féminin et de celui issu de la diversité dans l’élaboration de cette étude », a déclaré Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. 

« D’emblée, cette étude nous a permis de constater que la société au complet profiterait d’une augmentation du nombre d’entreprises détenues par des femmes et par des personnes appartenant à des groupes minoritaires dans l’ensemble des secteurs d’activité du Québec, notamment parce qu’elles favorisent la création de milieux de travail plus paritaires, plus inclusifs et où l’on valorise davantage l’innovation. Nous avons d’ailleurs remarqué qu’il était réaliste d’espérer doubler le taux de croissance d’entreprises à propriété féminine avec du personnel durant les dix prochaines années, ce qui réduirait l’écart observé entre les hommes et les femmes tout en prenant en considération les enjeux de main-d’œuvre qui persistent dans certains secteurs », a ajouté Michel Leblanc. 

« Les femmes ont connu une avancée remarquable sur la scène entrepreneuriale depuis les 10 dernières années. Toutefois, la crise de la COVID-19 nous a rappelé, non sans souffrance, que l’égalité entre les genres était loin d’être atteinte et que d’importants écarts subsistent toujours. C’est malheureusement une situation fort semblable pour les membres des minorités ethnoculturelles. Le constat est clair : beaucoup de travail reste à faire pour créer une économie à l’image des différents visages qui composent notre société. Cette étude, menée en collaboration avec la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, nous permet de saisir l’ampleur des retombées potentielles d’un écosystème entrepreneurial plus inclusif, de mieux comprendre les défis des personnes entrepreneures sous-représentées et d’identifier des leviers pour stimuler la création et la croissance d’un plus grand nombre d’entreprises à propriété diversifiée et inclusive. C’est ainsi que nous pourrons réellement développer le plein potentiel entrepreneurial du Québec », a poursuivi Sévrine Labelle, présidente-directrice générale de Femmessor.

« Les rencontres et les échanges qui ont eu lieu dans le cadre du Forum stratégique sur la diversité entrepreneuriale ont permis de faire des constats importants quant à l’entrepreneuriat féminin et celui issu de la diversité. Je suis fier de constater que des solutions ont été mises de l’avant pour solidifier et diversifier l’écosystème entrepreneurial québécois. L’économie du Québec a besoin de tous les talents, dont celui des femmes ainsi que ceux issus de la diversité, pour assurer une relance économique forte, diversifiée et agile pour faire rayonner notre expertise ici et à l’international », a souligné M. Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie. 

L’étude a permis de dresser plusieurs constats quant à l’état de l’entrepreneuriat féminin et de celui issu de la diversité dans l’écosystème entrepreneurial du Québec et de la métropole :

  • Les femmes ont triplé leur taux d’intention d’entreprendre en seulement dix ans, mais demeurent sous-représentées : elles représentent près de 40 % des entrepreneurs du Québec, mais elles sont propriétaires de seulement 25 % des entreprises avec employés.

  • Les personnes immigrantes et celles appartenant à des groupes minoritaires se lancent en affaires dans une proportion souvent supérieure à leur poids démographique.

  • Les personnes appartenant à un groupe minoritaire ont des entreprises plus jeunes, plus petites, avec des chiffres d’affaires sensiblement inférieurs à ceux des groupes majoritaires.

  • L’augmentation du nombre et de la taille des entreprises détenues par des femmes et par des personnes appartenant à des groupes minoritaires pourrait engendrer des retombées économiques positives pour le Québec, notamment en matière d’emplois, de développement durable et d’inclusion.

L’étude a dégagé quatre principales pistes de solution pour renforcer la représentation des femmes et des personnes issues de la diversité dans le tissu entrepreneurial de la métropole et du Québec :

  • Poursuivre le développement d’une culture de l’entrepreneuriat féminin et de la diversité grâce à des politiques publiques ciblées et à des dispositifs de soutien et de financement renforcés;

  • Accroître le nombre et la taille des entreprises détenues par des femmes et par des personnes appartenant à des groupes minoritaires en assurant de bien les représenter et les accompagner;

  • Améliorer les mesures de soutien à l’entrepreneuriat féminin et à celui issu de la diversité, avec de la formation ainsi qu’un meilleur accès aux marchés et aux réseaux;

  • Bâtir sur l’expertise des femmes et des personnes appartenant à des groupes minoritaires dans l’atteinte des objectifs de développement durable et d’inclusion.

Pour consulter l’étude intégrale

 

À propos de l’étude

Dévoilée dans le cadre du Forum stratégique sur la diversité entrepreneuriale, Diversité entrepreneuriale : des impacts majeurs pour le Québec et sa métropole est une étude de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et Femmessor, en collaboration avec la Caisse de dépôt et placement du Québec, Desjardins, Exportation et développement Canada (EDC), le gouvernement du Canada, le gouvernement du Québec, Fondaction, Hydro-Québec, Investissement Québec, La Presse, Montreal Gazette, le Palais des congrès de Montréal, le Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat et Ubisoft.

 

À propos de Femmessor 

Femmessor est une organisation dédiée au développement de l’entrepreneuriat féminin qui a pour mission de contribuer directement à la création, à la croissance et à l’acquisition d’entreprises dirigées et détenues en tout ou en partie par des femmes dans les 17 régions du Québec. Son offre de financement conjuguée à une expérience d’accompagnement adaptée aux besoins des entrepreneures permet à ces dernières de bâtir des entreprises durables et prospères. Femmessor est soutenue financièrement par le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) et par le gouvernement du Canada dans le cadre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. Grâce à un partenariat avec le Fonds pour les femmes entrepreneures FQ (Femmessor, Fondaction, Investissement Québec à titre de mandataire pour le gouvernement du Québec), elle facilite l’accès à près de 19 millions de dollars pour soutenir, par le biais de prêts conventionnels, des entreprises comptant au moins une femme dans un poste stratégique et détenant au moins 25 % des actions et des votes.

 

À propos de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM)

Forte d’un réseau de plus de 8 000 membres, la CCMM agit sur deux fronts : porter la voix du milieu des affaires montréalais et offrir des services spécialisés aux entreprises et à leurs représentants. Toujours au fait de l’actualité, elle intervient dans des dossiers déterminants pour la prospérité des entreprises et de la métropole. Avec l’appui de ses experts Acclr, la CCMM vise à accélérer la création et la croissance des entreprises de toutes tailles, ici et à l’international.

 

– 30 –

 

Contact médias / Femmessor :
Véronique Dargis
Directrice du rayonnement des affaires
Femmessor 
Tél. : 1 844 523-7767, poste 213
v.dargis@femmessorqc.com

Contact médias / CCMM : 
Dominique Talbot
Conseiller, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : 514 871-4000, poste 4052
dtalbot@ccmm.ca

DOCUMENT EN PDF